17.08.2018 ~ Sapins Barbus ~ Dommartin-lès-Remiremont (88)

Nous sommes Vendredi, il est 17 heure et nous sautons dans la voiture direction les Vosges à Dommartin-lès-Remiremont pour le festival des Sapins Barbus. Malheureusement, avec ces 2 heure 30 de route, nous manquons le set de Stone Deaf. Après avoir été accueillit chaleureusement par l’équipe des Barbus, nous découvrons ce lieu si atypique. En plein milieu des sapins, se dressent deux scènes et une dizaine de stands entièrement construisent avec des rondins de bois. Au milieu du site, deux points cosy où des vieux canapés et des vieilles lampes sont installés. Il n’y a pas à dire, le lieu est vraiment chouette!

Le set d’Iron Bastards a déjà commencé. Fortement inspiré de Motörhead, que se soit dans leur look ou dans leurs compos, les trois Strasbourgeois nous proposent une bonne entrée en matière.

Ensuite, sur la première scène créée, devenue la « petite scène », c’est Dog’N’Style qui met le feu aux planches. Originaire d’Epinal, ils sont ici comme à la maison. C’est d’ailleurs vêtu de short et de chemise Hawaïennes que les cinq garçons montent sur scène pour jouer leur stoner puissant et énergique.


La nuit tombe et sur la grande scène c’est Nashville Pussy qui se prépare avec leur hardrock sudiste. Blaine Cartwright (chant), est accompagné à sa droite, de Ruyter Suys (guitare) énergique et transcendée par sa musique, de Bonnie Buitrago (basse) à sa gauche plus timide et de Ben Thomas (batterie) derrière les fûts. Les premières notent qui résonnent sont celles de « Kicked In The Teeth » d’AC/DC. Par la suite, les américains vont interpréter leurs propres compositions, balayant toute leur discographie.

De retour sur la petite scène où 58 shots fait sonner ses premières notes. Les musiciens de Belfort nous proposent un son très 70’s, qui fait penser à nul autre que les incontournables Australiens d’AC/DC. Au commande, Arthur au chant, Tony à la batterie et avec eux deux jeunes virtuoses âgés de 18 et 19 ans : Théo à la basse et William à la guitare. On échappera pas aux fameux solos mais pour une fois c’est un solo basse – batterie. Et oui, en plus de ses fûts Tony frappe sur les cordes de la basse pendant que Théo fait les accords, donnant une sonorité vraiment sympas!

Il est minuit passé et la foule s’amassent devant la grande scène ou Aqme se produit. Malgrès l’absence de Charlotte à la basse (remplacer par Julien Peignart-Mancini) , les Français mettent le feu à la foule. Derrière le micro, Vincent Peignart-Mancini ne perd pas une occasion de faire une blague. Derrière lui, Julien Hekking (guitare) et Etienne Sarthou (batterie) donnent leur maximum. C’est d’ailleurs les parisiens qui ont inauguré premier Wall Of Death du week-end.



Facebook Dog’N’Style

Site Officiel Nashville Pussy

Site Officiel 58 Shots

Site Officiel Aqme