Rock And Live

04.06.2022 – Metalfest Open Air – Plzen – (République Tchèque)

SAMEDI 04 JUIN
– DAY 03 –

10h30. Avec l’orage d’hier, le temps c’est bien rafraichit et ça fait du bien. On commence alors tranquillement la journée avec Free Fall un groupe de République Tchèque, qui encore une fois chante dans sa langue. Les cinq membres : Zdeněk Hradil (chant), Aleš Lenhart (guitare), Marek Sikora (guitare), Rudy Dworník (basse) et Pepa Mareček (batterie) sont habillés tout en noir avec des baskets blanches à leur effigie (classe !)  et nous proposent un metal industriel agrémenté de bandes sons éléctros.

11h35. La matinée continue avec Dalriada, des hongrois qui font du folk metal. Les garçons : András Ficzek et Mátyás Németh-Szabó aux guitares, István Molnár à la basse, Barnabás Ungár au clavier et Tadeusz Rieckmann à la batterie sont vêtus de jupes noires et de hauts blancs traditionnels tandis que Laura Binder au chant est habillée de façon un peu plus moderne tout en noir. Entre headbanding et petites danses sur les rythmiques médiévales, une âme de guerrière se dégage de la frontwoman. Avec des airs de folk, des riffs lourds, du chant clair et du grunt, Dalriada a su conquérir le public.

SETLIST DALRIADA

Rákóczi zászlaja
Dúvad
Amit ad az ég (Álmos búcsúja)
Kinizsi mulatsága
Thury György Balladája 2. Rész
Komámasszon
Hajdútánc
Betyár-altató

12h40. C’est ensuite au tour de S7N de monter sur scène. Venus du Mexique les cinq gars nous présentent un groove metal combinant riffs lourd et solos intenses.

13h45. On enchaîne avec Toxik et leur trash metal alors accrochez-vous parce Ron Iglesias (chant) est une vraie pile électrique qui ne s’arrête jamais ! Il court, il saute, il headbang et surtout il pose des monter dans les aigues à couper le souffle ! A côté de lui, il y a Josh Christian et Eric VanDruten aux guitares, James DeMaria à la batterie et Jackson Black avec sa basse à 6 cordes et sans tête. Cette énergie débordante envahit la fosse où des circle pits se forment et où les slams se succèdent. Les cinq américains semblent vraiment heureux d’être sur scène et pour Ron c’est aussi le moment de réviser les pays Européens. En effet, il prend le drapeau qu’un spectateur lui tend, le regarde, demande si c’est bien la Russie, puis fait un tour sur scène avec, avant de le rendre à son propriétaire. Et rebelote, un autre drapeau, celui-là plus difficile alors il demande à la personne si c’est bien celui de la Slovénie, et c’est gagné ! Formé en 1985, Toxik a deux albums à son actif : World Circus (1987) et Think This (1989). Ainsi, avec 50 minutes de set, ils nous donnent un bon aperçu de leur discographie avec un petit supplément. En effet, ils interprétent « Dis Morta  » , extrait de leur prochain opus éponyme, disponible en août 2022.

SETLIST TOXIK

Spontaneous
Greed
False Prophets
Dis Morta
Door to Hell
There Stood the Fence
Black and White
World Circus
In God
Haunted Earth
Heart Attack

14h55. On reste dans le trash metal avec Heathen, qui s’avère être en tournée avec Toxik et aussi partager le même batteur, puisqu’on retrouve derrière les fûts James DeMaria. Avec lui, il y a sur scène Lee Altus et Kragen Lum aux guitares, Jason Mirza à la basse et David White au chant. Les américains joueront entre autres « Sun In My Head » et « Blood To Be Let » issus de leur dernier album Empire OF The Blind (2020) ou encore « Arrows Of Agony » extrait de The Evolution Of Chaos (2009). L’ambiance dans la fosse n’est pas redescendue et on apercevra même Ron Iglesias de Toxik participer aux circle pits et slamer à plusieurs reprises, pendant que Jackson Black se promène sa basse dans le dos, parmi le public qui l’arrête de temps à autres pour prendre une photo.

16h15. Après une petite session de trash, on part sur du power metal symphonique avec Majestica. Quelques problèmes techniques viennent perturber le début du show et le son sera nettement trop fort tout le long du set, ce qui est dommage… J’aurais aimé découvrir le projet de Tommy Johannson (guitariste de Sabaton) dans de meilleures conditions. Quoi qu’il en soit, pour porter ce projet Tommy (chant et guitare) c’est entouré d’Alexander Oriz (guitare), Chris David (basse) et Alfred Fridhagen (batterie). Les Suédois ont principalement joué leur album Above The Sky (2019), qui est leur premier album sous le nom Majestica. En effet avant 2019 et leur signature chez Nuclear Blast, le groupe s’appelait ReinXeed. Mais ils joueront aussi « We Must Go Faster » issu de l’album-concept 1912 qui évoque le Titanic et son échouage (2011) ainsi que « Ghost Of Marley » une chanson à l’esprit de Noël puisqu’elle figure sur leur dernier album A Christmas Carol sorti en 2020. Ce dernier album relate les aventures d’Ebenezer Scrooge dans le conte de Charles Dickens qui porte le même nom que l’album. Ce petit rappel discographique nous montre que Majestica aime raconter des histoires et c’est par le biais d’envolées musicales et lyriques qu’ils nous les transmettent.

SETLIST MAJESTICA

Above the Sky
Night Call Girl
No Fate
The Way to Redemption
Mötley True
Rising Tide
We Must Go Faster
Ghost of Marley
Metal United
Alliance Forever

17h55. C’est sur une scène futuriste qu’Hypocrisy nous balance leur death metal. Les Suédois ont eu quelques problèmes à l’aéroport avec leurs instruments, c’est donc avec du matériels prêtés qu’ils vont réaliser leur set.

SETLIST HYPOCRISY

Worship
Fire in the Sky
Mind Corruption
Eraser
Inferior Devoties
Chemical Whore
Until the End
Weed Out the Weak
Children of the Gray
War-Path
Fractured Millennium
Impotent God
Adjusting the Sun
Roswell 47

19h40. La fosse et les gradins sont bien installés prêts à accueillir Doro, The Metal Queen. Ça fait un baille que nous n’avons pas vu la formation de heavy metal en concert, et entre temps il y a eu quelques changements… D’abord, Johnny Dee (batterie) à bien laisser pousser ses cheveux depuis la dernière fois ! Ensuite, deux nouveaux membres ont rejoints les rangs : Bill Hudson à la guitare et Stefan Herkenhoff à la basse. Malheureusement, ce dernier n’a pas pu voyager à cause de problème de santé alors Doro présente Alex qui a su le remplacer au pied levé ! Enfin, ce qui n’a pas changé c’est Bas Maas à la guitare et la gentillesse de Doro Pesch. L’allemande est toujours aussi souriante, toujours en train d’headbanger et toujours aussi proche de ses fans !  Le setlist est très dynamique et Doro essaie de couvrir toute sa carrière allant de « All For Metal » extrait de son dernier album Forever Warriors, Forever United (2018) à « Burning The Witches », morceau de son tout premier album éponyme de 1984. La seule balade qui figure sur la list est « Für Immer » mais on sait à quel point elle est importante pour Doro qui l’a écrit comme une lettre d’amour à ses fans. En revanche le long solo de batterie de Johny Dee on le comprend un peu moins. Avec 1h20 de set, il casse l’excellent rythme des morceaux choisit pour ce festival. Alors oui, on aurait pu s’attendre à ce qu’il soit écourté ou carrément zapper…  Enfin, ce moment est vite oublié grâce à des morceaux tel que « Earthshaker Rock » ou encore « Breaking The Law » de Judas Priest qui est un incontournable pour The Metal Queen. C’est sous une avalanche de bisous pour le public que Doro et ses musiciens quittent la scène après « All For Metal ».

SETLIST DORO

I Rule the Ruins
Burning the Witches
East Meets West
Hellbound
Blood, Sweat and Rock ’n’ Roll
Raise Your Fist in the Air
Für immer
Metal Racer
Earthshaker Rock
Breaking the Law
All We Are
All for Metal

21h30. La nuit commence à s’emparer du Metalfest Open Air pendant que Running Wild s’exécute sur scène pour nous interpréter une mascarade. Je ne parle pas ici de leur album Masquerade de 1995, ni même de leurs tenues de pirates mais belle et bien de leur mise en scène. Certes, ils ont balayé toute leur discographie en jouant d’anciens morceaux tels que « Branded and Exiled » issue de l’album éponyme de 1985 ou encore « Soulless » de Black Hand Inn (1994) mais aussi des plus récents comme « Rapid Foray » extrait de l’album éponyme de 2016 ou « The Shellback » tiré de leur dernier album Blood On Blood (2021). Mais ça se voit clairement, les quatre allemand n’ont plus l’habitude des concerts et leur set manque cruellement d’enchainement. En effet, entre chaque chanson Rolf Kasparek (chant, guitare), Peter Jordan (guitare), Peter Pichel (basse) et Matthias Liebetruth (batterie) prennent leur temps pour parler faisant perdre un temps crucial que les fans aurait préféré vivre en musique.  Après l’entêtant « Under Jolly Roger » et seulement une heure de pirate heavy metal, les quatre allemands quittent la scène insufflant un rappel. Ils remontent donc pour « Soulless » et « Conquistadores » puis redescendent. Mais le public ne compte pas en rester là et réclame un nouveau rappel, c’est donc « Raise Your Fist » qui conclura ce set.  Sur une tournée de quatre dates, 13 morceaux en 1h30 de jeu, les fans attendaient mieux !!!

SETLIST RUNNING WILD

Fistful of Dynamite
Purgatory
Rapid Foray
Blood on Blood
Riding the Storm
Branded and Exiled
The Shellback
Bad to the Bone
Crossing the Blades
Under Jolly Roger
Soulless
Conquistadores
Raise Your Fist

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la une

Derniers articles

26.07.2022 – Judas Priest + The Dead Daisies – Théâtre Antique – Vienne (38)

lire la suite

16.07.2022 – Status Quo – Harley Days – Morzine-Avoriaz (74)

lire la suite

13-14-15.07.2022 – Guitare En Scène – Saint-Julien-en-Genevois (74)

lire la suite

Suivez-nous

Rock And Live