Rock And Live

03.06.2022 – Metalfest Open Air – Plzen – (République Tchèque)

VENDREDI 03 JUIN
– DAY 02 –

10h30. Pour démarrer cette deuxième journée un peu plus fraîche (mais le soleil reste quand même bien présent), rien de mieux que de découvrir un groupe du pays. En effet, 100na100 sont originaire de République Tchèque et d’ailleurs les paroles sont dans leur langue. Composé de Natálie Jindráková au chant, de Martin Židlík et Jiří Pavlištík aux guitares, de Antonín Kobližka à la basse et enfin de Pavel Salinger à la batterie, le quintette nous propose un rock biker avec des chansons comme « Zrcadlo » ou encore « Blbej Ro(c)k ». Ils finiront leur set avec une reprise de « Born To Be Wild » interprété en Tchèque.

11h35. On continue avec Dark Gamballe, un autre groupe Tchèque qui chante dans sa langue. On retrouve au chant J.S De Sed, aux guitares Spajsi et Deady, à la basse Tomas Slapota et derrière la batterie Sanny. Dans leurs compositions plane une influence crossover, mêlant le trash au punk.

12h40. C’est ensuite au tour d’Aramaic d’enchainer. Venus de Dubai, les quatre garçons se présentent sur scène en sarouel, avec des vestes à capuchon, tout de noir vêtus pour nous balancer leur death doom metal en pleine figure.

13h45. L’après-midi commence avec Tri State Corner et comme son nom l’indique les membres sont originaires de trois pays différents : Allemagne, Pologne et Grèce. Ces origines se ressentent dans leur style musical alliant le hard rock à des sonorités plus mélodiques grâce au bouzouki grec traditionnel. Sur scène on retrouve Vassilios « Lucky » Maniatopoulos au chant, Christoph « Brat » Tkocz à la guitare, Christos Eftimiadis à la batterie et Ioannis « Janni » Maniatopoulos au bouzouki. Ils interpréteront notamment « Sooner Or Later », « Hypocrisia » ou encore l’entêtant « Daydreamer ».

14h55. S’ensuit des Allemands Rage et leur power metal. Peter « Peavy » Wagner (chant, basse), seul membre originaire restant s’est entouré de jeunes qui ont la patate. En effet, on retrouve à la batterie Vassilios « Lucky » Maniatopoulos (oui, oui c’est bien le chanteur de Tri State Corner), et aux guitares Stefan Weber et Jean Bormann qui font le show. Leur énergie est communicatrice et les premiers rangs s’emballent et headband. Avec 26 albums à leur actif dont leur dernier, Resurrection Day, sorti en 2021, Rage a de quoi occuper l’heure de set qui lui a été réservé avant d’aller faire un petit tour au zoo de Plzen qui se situe juste à côté du Metalfest Open Air.

SETLIST RAGE

Resurrection Day
Let Them Rest in Peace
End of All Days
My Way
Shadow Out of Time
Black in Mind
Virginity
Straight to Hell
From the Cradle to the Grave
Don’t Fear the Winter
Higher Than the Sky

16h15. Il y a neuf ans, je les voyais pour la première et unique fois en Allemagne, alors autant vous dire que j’attendais ce moment avec impatiente ! C’est sur une scène électrisante que Saltatio Mortis prend place. En fond de scène on retrouve Jean Méchant Der Tambour à la batterie, avec à sa gauche Frank à la basse et à sa droite Till à la guitare. Sur le devant de la scène les instruments traditionnels sont à l’honneur avec Luzi et Elsi aux cornemuses ainsi que Falk à la vielle à roue et à la cornemuse. Enfin, parmi tout ce beau monde, il y a Alea au chant qui arpente la scène sans s’arrêter. Les sept Allemands débordent d’énergie et le bonheur d’être sur scène se lit sur leur visage. Alors qu’une personne du public déguisée fait un slam, Alea l’invite sur scène pour sauter avec elle. Toujours très proche du public, il ne cessera d’interagir avec nous. Sur un morceau, il fait assoir tout le monde, sur un autre encore il nous demande de sauter et enfin sur « Nie wieder Alkohol » il demande à tous d’enlever les t-shirt pour les faire tourner au-dessus de nos têtes et bien entendu le public se prend au jeu avec grand plaisir. Mais pour moi le moment fort est sur « Heimdall » quand Alea, Luzi, Elsi et Falk prennent les cornemuses et s’avancent sur le devant de la scène, des frissons me traversent l’échine ! Petite mention aussi pour la très jolie cornemuse d’Alea, avec une tête de dragon ! Enfin vous l’aurez compris Saltatio Mortis c’est du folk metal, énergique, festif, qui nous en met plein la vue !

SETLIST SALTATIO MORTIS

Bring mich zurück
Wo sind die Clowns
Dorn im Ohr
Loki
Brot und Spiele
Brunhild
Große Träume
Heimdall
Für immer jung
Hypa Hypa
My Mother Told Me
Unsere Zeit
Nie wieder Alkohol
Spielmannsschwur

17h55. On enchaine avec Battle Beast et j’ai juste un mot à dire : wow ! Le chapiteau est planté, les musiciens sont là, quelques notes de clavier et Noora fait son entrée : corset jaune fluo et coiffe avec cornes, la bête est là, le spectacle peut commencer ! Si la chanteuse Noora Louhimo est hyper charismatique avec sa gestuelle de diablesse, on n’en oublie pas Pyry Vikki derrière ses fûts, Janne Björkroth au clavier, Juuso Soinio et Joona Björkroth aux guitares ainsi qu’Eero Sipilä à la basse. D’ailleurs ce dernier prendra régulièrement la parole entre les morceaux. De manière général le show est très énergique et le setlist se concentre uniquement sur les trois derniers albums des Finlandais. Autrement dit, sur les albums écrient après leur virage à 90 degrés suite au départ du guitariste membre fondateur et principal compositeur Anton Kabanen ainsi que la légère refonte du logo. Quoi qu’il en soit, c’est avec « Circus Of Doom » que Battle Beast fait son entrée, issu de leur dernier album éponyme sorti en janvier 2022. Quelques chansons plus tard, c’est « No More Hollywood Endings » qui est interprété, tiré encore une fois de l’album du même nom sorti en 2019. Avant de jouer « Where Angels Fear To Fly », Eero prend quelques minutes pour nous chanter « Ce rêve bleu » du dessin animé Aladdin, accompagné par Janne au clavier. Puis après « Bastard Son Of Odin », c’est Janne qui remplit quelques shots de vodka pour les offrir à ses collègues et à quelques chanceux spectateurs avant de lancer « Russian Roulette ». Enfin, on termine le set avec le génialissime « King For A Day » issu de Bringer Of Pain (2017) avant de conclure avec « Beyond the Burning Skies » qui souligne bien l’identité de Battle Beast : du power metal pur et dur aux notes disco des années 80 mêlé tantôt aux envolées lyriques de Noora, tantôt à une tessiture plus rauque et démoniaque.

SETLIST BATTLE BEAST

Circus of Doom
Straight to the Heart
Familiar Hell
No More Hollywood Endings
Eye of the Storm
Where Angels Fear to Fly
Bastard Son of Odin
Russian Roulette -> shot de vodka
Wings of Light
Eden
Master of Illusion
King for a Day
Beyond the Burning Skies

19h40. Les nuages commencent à couvrir le ciel bleu de Plzen et Freedom Call montent sur scène. Le quatuor de power metal allemand est composé de Chris au chant et à la guitare, Francesco à la basse, Lars à la guitare et Timmy à la batterie. Avant de commencer, Chris annonce que le live sera enregistrer pour un futur DVD alors metalleux il est temps de dégainer vos Devil Hands. Pendant plus d’une heure, ils enchainent leurs tubes passant par « M.E.T.A.L », « 111 – The Number Of The Angels », « Power & Glory » ou encore « Metal Is For Everyone » repris en chœur par le public.

SETLIST FREEDOM CALL

Union of the Strong
Tears of Babylon
Spirit of Daedalus
Sail Away
M.E.T.A.L. à ok
111 – the Number of the Angels à ok
Freedom Call
Power & Glory à entrainant
Hallelujah
Metal Is for Everyone -> OK
Warriors
Far Away
Land of Light

21h30. La nuit tombe et le temps ce fait de plus en plus orageux pour accueillir Eluveitie. Encore un sacré morceau ! Avec neuf musiciens sur scène, en tant que photographe je ne sais plus où donner de la tête… En effet, le groupe de folk metal Suisse compte parmi ses rangs : le duo Chrigel Glanzmann et Fabienne Erni au chant, Rafael Salzmann et Jonas Wolf aux guitares, Kay Brem à la basse, Alain Ackermann à la batterie, Nicole Ansperger au violon, Matteo Sisti à la cornemuse et enfin Michalina Malisz à la vielle à roue. Le spectacle est bien construit, chacun sait ce qu’il doit faire. Les riffs lourds et la voix rauque de Chrigel sont contrastés par des rythmiques médiévales et la voix lyrique de Fabienne. Les jeux de lumières, les jets de flammes et de fumées sont aussi un vrai plaisir pour les yeux. Côté setlist, on n’échappe pas à l’emblématique « Inis Mona » hymne breton bien connu des Français, suivi de loin par « Calling The Rain » que le ciel entendra très bien puisqu’un déluge s’abattra sur le Metalfest Open Air. Sur ce, Chrigel s’excuse avec humour mais sincérité d’avoir joué une mauvaise chanson et d’avoir fait venir l’orage. C’est ainsi, sous une pluie battante que «  Breathe » me coupe le souffle avec l’envoler lyrique de Fabienne sur un rideau d’étincelles tombant du ciel. Le groupe clôtura avec le magnifique « The Call Of The Mountains » avant de laisser le public se mettre à l’abri. Ce sera le plus gros orage de ses quatre jours même si on aura un peu de pluie chaque soir.

SETLIST ELUVEITIE

Ategnatos
Rebirth
King
Inis Mona
Quoth the Raven
Deathwalker
Calling the Rain
Artio
Epona
A Rose for Epona
Ambiramus
Thousandfold
Breathe
The Call of the Mountains

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la une

Derniers articles

26.07.2022 – Judas Priest + The Dead Daisies – Théâtre Antique – Vienne (38)

lire la suite

16.07.2022 – Status Quo – Harley Days – Morzine-Avoriaz (74)

lire la suite

13-14-15.07.2022 – Guitare En Scène – Saint-Julien-en-Genevois (74)

lire la suite

Suivez-nous

Rock And Live