♬ 01.06.2013 ~ FORTAROCK XL ~ Nijmegen ~ Pays Bas

       Après plus de cinq heures de route, Yvan et moi
arrivons enfin à Nijmegen aux Pays-Bas, où la cinquième édition du Fortarock se
tient. Après avoir réglé les derniers détails avec l’organisation pour les
invitations, on entre au cœur du festival à 13h30, manquant ainsi les deux
premiers groupes : Amenra et Audrey Horne.
       
Mais cela n’est pas bien grave, car on arrive au
milieu du show d’un groupe que je voulais absolument voir : Delain. Les
quatre Néerlandais se produisent sur la Main Stage et les peu de chansons que
j’ai entendu m’ont vraiment donné envie d’en écouter plus !

       
A vrai dire, il y a beaucoup de monde au festival
et il est vraiment difficile d’aller de scène en scène pour tout voir. De
plus,  les concerts se chevauchent,
rendant la tâche encore plus difficile. Ainsi, nous profitons d’une longue pose
où aucun groupe que nous voulons voir absolument ne joue, pour aller se
restaurer à la voiture et faire un tour des stands. Durant ce temps, ce sont
Enslaved, Hacktivist, Heaven Shall Burn et Entombed qui se produisent sur la
Monster Energy Stage et la Jägermeister Stage, Five Finger Death Punch ayant
annulé sa venue à la dernière minute.
       
A 16h20, c’est sous le soleil qu’Airbourne enflamme
la Main Stage, fêtant la sortie de leur troisième album Black Dog Barking. Il
faut avouer, que de manière général, leur prestation était moins dynamique que
les années passées, même si Joel O’Keeffe arpente toujours la scène de droite à
gauche et que David Roads (guitariste) et Justin Street (bassiste) headbang
encore.  Et puis, il y a toujours ces
moments mémorables qui font leur originalité, où Joel monte tout en haut de
l’armature de la scène et ouvre des cannettes en les cognant contre sa tête.

       
Le concert finis, Finntroll enchaine sur la
Jägermeister stage, ne me permettant pas de voir Mastodon sur la Monster Energy
Stage. Quand j’arrive à la scène, les Finlandais ont déjà entamé leur set et une
foule de personne est présente. Mais j’arrive tout de même à me faufiler entre
les gens. D’ailleurs, j’ai remarqué que les Hollandais étaient drôlement
sympas, car dès qu’ils voyaient que je passais devant eux pour prendre des
photos, au lieu de rouspéter, ils me faisaient de la place ou échangeaient leur
place pour que je puisse mieux voir. 
       

En tout cas, même si je ne suis pas resté longtemps
et que j’étais concentré pour faire des photos, j’ai vraiment aimé leur folk
metal et leur univers. En effet, j’ai tendance à apprécier les groupes en
costume et maquillé !

       
A 18h05, c’est Motörhead qui prend le relais sur la
Main Stage. Comme on peut s’y attendre, il y a vraiment beaucoup de monde pour
eux. Ainsi, nous restons vers les barrières du côté et ceci sans regret. En
effet, j’ai eu l’occasion de me faufiler plus près de la scène pour prendre des
photos, mais pour tout dire il n’y a rien à voir d’exceptionnel car Lemmy,
reste derrière son micro, dans le fond de scène. Ainsi, il est plus confortable
d’écouter leur rock’n’roll à l’écart de la foule, adosser à une barrière pour
se reposer les jambes.

       
Une heure plus tard, nous assistons à Volbeat sur
la Main Stage, manquant alors Amon Amarth et Kreator. Cette fois, on était
toujours vers les barrières mais plus centré par rapport à la scène. Les quatre
Danois semblent être appréciés par la majeure partie du public qui était
incollable sur les paroles. Ma première impression sur leur son est mitigée. Il
m’a fallut un certain temps pour m’habituer à la voix de Michael Poulsen et
apprécier leur heavy metal aux influences rockabilly. Ahah, et quand je vous
dis que les Hollandais sont super sympas, je ne vous mens pas, puisque durant
Volbeat, deux jeunes hommes ont proposé de me porter pour que je puisse prendre
des photos plus confortablement (c’est fatiguant d’avoir les prends en l’air
pour éviter la tête des gens)
.

       
Pour ne pas perdre nos places, pour le prochain
groupe, Yvan et moi décidons d’y resté, ratant alors les prestations de Opeth
et HateBreed.
       
Il est 22 heures 10 et tout le Fortarock est
tournée vers la Main Stage prêt à accueillir la tête d’affiche. Des feux
d’artifices se déploient dans le ciel, le rideau tombe et Rammstein apparait.
Il n’y a rien à dire sur leur performance : c’est du Rammstein pur et
dur !  Des feux d’artifices qui
survolent la foule, des guitares qui crachent du feu, Till (chant) qui s’amuse
avec un lance-flamme, qui met le feu à un homme et à la marmite dans laquelle
se trouve Flake (clavier), la pyrotechnie est toujours aussi présente. Seules
petites déceptions, Till n’a pas sortie ses ailes et Flake n’a pas fait un tour
en bateau sur la foule. Mais les scènes osées, le final sous un canon à
mousse/flocons, les salutations majestueuses de leur part, sont là pour nous
faire oublier cela, car après tout Rammstein nous offre du rêve pendant plus
d’une heure et demie !

Set list RAMMSTEIN
Ich tu dir weh
Wollt ihr das Bett in Flammen sehen?
Keine Lust
Sehnsucht
Asche zu Asche
Feuer frei!
Mein Teil
Ohne dich
Wiener Blut
Du riechst so gut
Benzin
Links 2-3-4
Du hast
Bück dich
Ich will
Mein Herz brennt
Sonne
Pussy

       

Pour conclure cette journée, je dirais qu’elle fut
superbe! Même si je n’ai pas pu voir tout les groupes que j’aurais aimé voir
tel que Audrey Horne, Heaven Shall Burn, Kreator, Mastoon ou encore Opeth, j’ai
vu les principaux, ceux qu’il fallait que je vois à 100%. Et puis, on aura
évité la pluie jusqu’au bout. Parfois le ciel était vraiment gris mais aucune
goutte n’est tombée. Le soleil a fait quelques apparitions notamment pour
Airbourne et Rammstein. Bref, de retour à l’appart toute cassée : malade,
mal au cou, mal au dos… Mais tout va bien !

On remet ça à la semaine
prochaine avec le Sonisphère !